"Les gestes barrières passent parfois après des gestes de relations sociales"

Catherine Levesque, éducatrice jeunes enfants à  Filao, un service d'accompagnement à domicile ( Adophé ), revient sur son travai...



Catherine Levesque, éducatrice jeunes enfants à Filao, un service d'accompagnement à domicile (Adophé), revient sur son travail avec les familles en période de confinement. Un travail qui l'amène à s'exposer sanitairement pour répondre à des urgences sociales. 

La mission de Filao est d'accompagner les parents au quotidien, sur libre adhésion de leur part, dans l'éducation de leurs enfants.

Avec le confinement, les familles ne pouvant plus se déplacer, ce sont les éducateurs(trices) qui viennent directement au domicile pour les aider à gérer le huis-clos du quotidien, notamment avec la question du scolaire. 

Si au départ toutes les précautions sanitaires étaient prises (masques, gants, gel) ce que rassurait les familles, les gestes barrières ont été amenés à abandonnés.

"On s'exposer beaucoup auprès des familles, mais comme on travaille dans le social, dans le lien, les gestes barrières passent après des gestes de relations sociales, explique Catherine, pour répondre à des urgences sociales"

Elle loue la présence active de tous les partenaires, notamment l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE) et les enseignants pour traverser "tous ensemble", le contexte Covid. 

Sauf que "le déconfinement sera plus difficile et plus anxiogène que le confinement", estime l'éducatrice. "Les familles ont extrêmement peur du retour vers l'extérieur". Aux équipes donc de les accompagner. Plus que jamais.


Educverslavie - Réaction Filao from AVVEJ on Vimeo.




Related

Filao 2808303737940689418

Publier un commentaire

emo-but-icon

Le projet



Educverslavie donne la parole aux professionnels de la protection de l'enfance et aux jeunes suivis dans le contexte délicat du confinement lié au Covid-19.

Une initiative

Rechercher dans ce blog

Derniers posts

L'association AVVEJ

item